Le produit a bien été ajouté à votre panier
Continuer Commander

Conseils de plantation

Publié le : 23/10/2019 13:17:34 | Catégories : Actualités , Conseils de saisons

La période de plantation des racines nues arrive à grands pas (de novembre à mars). Voici aujourd'hui des conseils pour réussir vos plantations (racines nues et conteneurs) à coup sûr !

Conseils de plantation

Réception de la commande

* Les rosiers à racines nues peuvent patienter dans leur emballage fermé (carton, film plastique et paille)une semaine dans un local frais (photos 1 et 2). Au-delà, il faut les mettre en jauge, c’est-à-dire les planter temporairement dans de la terre ou du sable en arrosant copieusement (photo 3). Les rosiers en conteneur doivent être déballés dès réception et arrosés. Ils peuvent être conservés plusieurs semaines en extérieur, avec arrosage adapté à la saison (quotidien en été).

 

Les outils

* Un louchet, une fourche bêche, une paire de gants de cuir épais mais souple, un sécateur bien affûté (photos 4).

* Un seau et un arrosoir (photos 5).

* Une brouette (photos 6).

 

Préparation du rosier racines nues avant plantation

* A la sortie du carton, bien rincer les rosiers au jet (photos 7 et 8).

* Si le rosier a séjourné une semaine dans le carton, le faire tremper complètement immergé (rameaux et racines) pendant 2 heures voire toute la nuit afin de bien l’hydrater (photos 9).

* Ne garder que les 3 plus beaux rameaux et les tailler courts au-dessus d’un bourgeon (entre 5 et 8 cm au-dessus du point de greffe) (photos 10 et 11). 3 est une moyenne. Pour un grimpant, on peut descendre à 2 pour un buisson ou un arbuste on peut augmenter à 5. Il faut adapter à la physionomie (force et ramification) du plant.

* N’épointer que légèrement les racines.

* Éliminer les bourgeons blancs sur les racines. Ce sont de futurs rejets de porte-greffe.

* Pour faciliter la repris

e du rosier, notamment en fin de saison hivernale, quand le démarrage printanier approche, le pralinage des racines est un atout (photos 12 à 15).

pralinage

Préparation du rosier conteneur avant plantation

* Faire tremper la motte du rosier sans retirer le conteneur jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de bulles d’air en surface afin de bien humecter le substrat (photo 16).

* Aucune taille n’est indispensable.

* Retirer le conteneur et ne pas gratter la motte pour ne pas blesser les racines (photo 17). La collerette, qui sert à limiter l’enherbement en culture sans utiliser d’herbicide, doit être enlevée pour que le sol de plantation recouvre bien la motte.

Plantation

* Creuser un trou carré de 40 cm en tous sens (largeur, longueur, profondeur) (photo 18 et 19).

* Si nécessaire, enrichir la terre de rebouchage en la mélangeant avec de la matière organique type fumier de cheval bien décomposé (environ 3 kg / rosier) (photo 20 et 21).

* Disposer un peu de votre mélange au fond du trou et positionner le rosier pour que le niveau du sol, après rebouchage, arrive juste au-dessous du point de greffe (renflement sous les rameaux) (photo 22).

* Afin d’assurer le contact parfait entre le mélange de rebouchage et les racines ou la motte du rosier, aux 2/3 du rebouchage, remplir d’eau le trou de plantation (photo 23, 24 et 25).

* Après absorption de l’eau par le sol, finir de reboucher puis arroser à nouveau. Ne pas tasser au pied, c’est néfaste aux racines et à la pénétration de l’eau d’arrosage ultérieur (photo 26). Pour les conteneurs, s’assurer que le mélange de rebouchage recouvre le dessus de la motte (photo 27).

Après la plantation

* Un arrosage régulier (10 l d’eau par semaine en moyenne) durant l’année qui suit la plantation, est indispensable à la bonne reprise, qu’il s’agisse d’un rosier à racines nues ou en conteneur. En période chaude, la dose d’arrosage hebdomadaire peut être supérieure (2 ou 3 fois 10 l d’eau).

Cas d'une plantation en poterie

* Toutes les bonnes pratiques mentionnées ci-dessus sont valables pour une plantation en poterie. Choisir un substrat à base de terre végétale (1/3 minimum) et riche en matière organique (compost, fumier de cheval…). Eviter le terreau horticole pur, trop séchant. Les arrosages sont encore plus importants qu’en pleine terre puisque le rosier est en situation de dépendance vis-à-vis de son jardinier. Des apports de fertilisants doivent être prodigués régulièrement.